Sixième congrès national de l’AESVT Maroc

 

Les 22 et 23 février, l’AESVT Maroc a tenu son sixième congrès national à Marrakech. Cet événement, organisé tous les trois ans, réunissait les représentants des différentes sections de l’association ainsi que plusieurs partenaires nationaux et régionaux. Objectif : évaluer ses réalisations et définir ses grandes orientations pour les années à venir. Lors de cette édition, un thème a été choisi comme fil conducteur : « l’éducation, levier essentiel pour l’atteinte des ODD (Objectifs de développement durable) et pilier d’introduction d’un nouveau modèle de développement ».  

 

200 congressistes issus des quatre coins du royaume se sont donnés rendez-vous pour deux jours d’exposés et d’échanges. Leur rassemblement avait lieu au complexe Zephyr de la Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales de l’Education-Formation, à Marrakech.  

Conviés pour l’occasion, des journalistes ainsi que des représentants institutionnels, académiques et associatifs ont également fait le déplacement pour assister à la séance d’ouverture qui débuta le samedi 22 février à 16 heures. Parmi eux : le secrétaire général du ministère de l’Énergie, des mines et du développement durable, le directeur de l’Académie régionale d’éducation et de formation (AREF) de Marrakech-Safi, la représentante de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, le directeur régional du Haut-Commissariat aux Eaux et Forêts et à la Lutte Contre la Désertification de la région Marrakech-Safi, le président de l’Observatoire de la Palmeraie de Marrakech et le président de la Fédération Nationale des Associations des Parents d’élèves au Maroc. 

Bilan des trois dernières années 

Après les mots de bienvenue du président de l’AESVT Maroc, Abderrahim Ksiri, la séance d’ouverture fut animée par Boujemaa Belhand, président délégué chargé de l’organisation. 

En prélude des discussions, au début de la séance, des distinctions honorifiques furent remises  à plusieurs acteurs de l’enseignement des sciences de la vie et de la terre de la région de Marrakech-Safi.  

Au cours de cette première journée de congrès, deux sujets principaux ont alimenté les échanges : la réalité de l’éducation au regard des objectifs de développement durable et le nouveau modèle de développement du Maroc.  

Les intervenants ont souligné les initiatives et les projets mis en œuvre par l’AESVT Maroc dans les domaines de l’éducation environnementale et du développement durable. 

L’attention s’est ensuite portée sur son bilan des trois dernières années. Mohamed Chaouki, président délégué chargé des affaires administratives et financières et Abdelillah Jouichate, trésorier national, ont présenté successivement les rapports moral et financier de l’association, détaillant les activités et les projets menés durant la période 2017-2020. Après discussions, les rapports ont été approuvés à l’unanimité. 

Les travaux du congrès se sont poursuivis dans la soirée à travers trois ateliers thématiques. Les congressistes devaient ainsi se répartir pour plancher sur des questions relatives à la gouvernance et à l’action de l’association. Celles-ci concernaient l’amélioration des pratiques organisationnelles, l’enseignement des SVT et le développement de l’éducation à l’environnement et au développement durable.  

Le lendemain, le dimanche 23 février, les rapporteurs des ateliers, Youssef El Gomri, Boughaleb Lemaadni et Ahmed Amezghal‎ ont communiqué les résultats de ces concertations. Ceux-ci ont notamment donné lieu à des amendements concernant le cadre réglementaire de l’association et l’élection de ses structures organisationnelles. 

Elections 

Aussitôt approuvés par les congressistes, ces changements ont été appliqués via le renouvellement des instances de gouvernance de l’AESVT Maroc. S’est d’abord tenue l’élection des coordinateurs régionaux, suivie de celle des 55 membres du conseil national (CN). Ces derniers ont ensuite renouvelé leur confiance à l’actuel président du conseil national et ont élu également les 15 membres du bureau national (BN), lesquels se sont répartis les fonctions selon les statuts de l’association et avec le souci d’une plus grande représentativité des femmes et des jeunes. Le CN a, pour finir, approuvé la composition du comité des experts et du comité de gouvernance administrative et financière, ainsi que le plan d’action stratégique établi conformément aux recommandations des ateliers thématiques. 

La lecture de la déclaration finale des travaux par le nouveau coordinateur national en plaidoyer, Ahmed Hamid, a constitué le point final de ce sixième congrès national. A l’issue de cet événement, des remerciements chaleureux ont été adressés aux organisateurs ainsi qu’aux congressistes, et en particulier à Mohamed Saad Larbi, président du CN.