Présentation de l’étude des consultantes du projet 3M

Dans le cadre des actions menées par l’AESVT Maroc pour l’amélioration de la gestion des déchets ménagers et assimilés par les collectivités territoriales, quatre consultantes internationales sont intervenues. Elles ont présenté, jeudi 18 avril à l’hôtel du Golf de Mohammedia, l’étude qu’elles ont menée sur la manière d’accroître la prise de conscience et d’être vecteur de changement concernant les déchets. Leurs recommandations ont pour objectif d’appuyer le projet de la commune de Mohammedia visant l’instauration progressive du tri des déchets à la source par les habitants de la ville.

 

Contexte

Après des années de sensibilisation, de communication et de plaidoyer, l’AESVT Maroc a réussi à instaurer le tri des déchets à domicile au niveau de plus de 90 quartiers dans 22 communes et démontrer ainsi que les citoyens sont disposés à mieux gérer leurs déchets. Mais la problématique de gestion des déchets par nos collectivités territoriales reste complexe car elle fait intervenir de nombreux acteurs, à différents niveaux (local, régional, national) et sur plusieurs dimensions (environnementale, économique, sociale). Afin d’appuyer les efforts des élus locaux dans l’élaboration de leurs plans communaux de gestion des déchets sur la base de la perception « déchet, ressource » et à adopter une nouvelle approche qui considère les citoyens comme partie prenante de la solution, l’AESVT Maroc a mis à contribution des consultantes étrangères des États-Unis et de Turquie afin qu’elles mènent une étude sur la gestion des déchets par la commune de Mohammedia. Leur séjour au Maroc qui s’est déroulé du 8 au 19 avril, et leur a permis d’analyser la situation mais aussi de formuler des recommandations qui ont été présentées aux acteurs locaux de la ville le 18 avril 2019. Cette action fait partie des efforts de l’AESVT Maroc pour la transition de la gestion actuelle des déchets au Royaume vers un nouveau modèle durable s’inscrivant dans l’économie circulaire et basé sur les 3 R- Réduction, Réutilisation et Revalorisation- respectueux de l’environnement.

 

Lancement d’un projet pilote de tri sélectif par la commune de Mohammedia

Bien que la commune de Mohammedia génère quotidiennement 238 tonnes de déchets, elle n’a pas initié le tri des déchets à la source à grande échelle, à part celui réalisé par les ménages impliqués dans le projet Coproduction de la propreté qui a été mené pendant 4 ans par l’AESVT Maroc. Toutefois, nous enregistrons avec une grande satisfaction le fait que la ville de Mohammedia ait pris la bonne décision de s’inscrire dans le nouveau modèle de gestion des déchets. En effet, la commune a décidé de s’orienter vers la valorisation matière et d’inclure dans le nouveau cahier de charge de la gestion déléguée du nettoiement et de la collecte de très bonnes mesures :

    • Instaurer le tri à la source des déchets ménagers à partir de septembre 2019, auprès de 5 000 ménages la première année, puis 20 000 ménages la deuxième année en vue de le généraliser progressivement à tout le territoire de la commune ;
    • Adopter l’approche quartier, à savoir de commencer par les quartiers où les conditions de réalisation du projet sont les plus favorables, notamment ceux dont une étude de participation citoyenne a montré que les résidents sont disposés à trier leurs déchets ;
    • Étendre par la suite le projet à tous les quartiers fermés et sécurisés, puis aux quartiers des villas, avant de passer aux quartiers ouverts ;
    • Inclure dans ce projet dès la première année les entreprises, les hôtels, les restaurants, les administrations, les école, etc. ;
    • Prévoir dans les cahiers de charges toutes les conditions de réussite de cette initiative, notamment les actions de communication et de sensibilisation.

L’ensemble de ces décisions ont été saluées par les représentants de toutes les institutions et organisations de la société civile ayant pris part à la rencontre de présentation des recommandations des consultantes internationales. Également, lors de cette rencontre, les consultantes ont exposé différentes stratégies à mettre place pour une réussite complète de ce nouveau modèle de gestion des déchets :

    • Mettre en œuvre de nouveaux processus de gestion des déchets ;
    • Faire de la sensibilisation au tri sélectif auprès des ménages ;
    • Intégrer les acteurs communautaires aux solutions de gestion des déchets ;
    • Enseigner aux écoliers le principe des 3R : Réduire, Réutiliser, Recycler ;
    • Travailler en parfaite collaboration avec les organisations de la société civile, la société délégataire et les collecteurs informels sur la communication à destination des ménages ;
    • Implémenter le projet progressivement en vue de le généraliser à l’ensemble de la commune.

 

Communiquer, la clé de la réussite

Pour les consultantes, la clé de réussite de ce projet consiste à mettre en place une bonne communication en amont et pendant toute la durée de son implémentation. En effet, les habitants de la commune doivent être informés des tenants et aboutissants du projet bien avant son lancement. Il est primordial que les bénéfices du tri et valorisation des déchets soient compris par les citoyens, notamment la préservation de l’environnement et des ressources naturelles et la création d’emplois verts et donc la diminution du chômage. La sensibilisation et l’éducation à l’environnement sont de ce fait indispensables pour permettre une prise de conscience des citoyens. Elles doivent les inciter à s’impliquer, sans que le tri soit perçu comme une obligation. L’objectif est que le tri devienne un geste spontané, effectué avec plaisir. Par ailleurs, les ménages doivent avoir connaissance de toutes les informations nécessaires concernant l’emplacement des bacs de tri, le mode de tri adopté qui est le tri bi-flux, les jours et heures de passage des camions de collecte, etc.

Pour cela, différentes activités doivent être mises en place en parfaite collaboration avec les organisations de la société civile :

    • Organiser des sessions de formation et des conférences ;
    • Mettre en place un marketing direct (porte à porte, téléphone, mailing) ;
    • Sensibiliser au travers de sites web et des réseaux sociaux ;
    • Intervenir dans les écoles pour que les enfants soient les éléments déclencheurs au sein des familles ;
    • Organiser des journées thématiques ;
    • Produire et diffuser des outils de communication et sensibilisation appropriés : affiches, dépliants, capsules vidéo, etc. ;
    • Impliquer les chaines de TV avec la création de spots publicitaires, diffusés pendant les périodes de grand visionnage ;
    • Créer des partenariats avec les associations.

 

Discussion

La fin de cette présentation a laissé place à une discussion avec l’auditoire, composé de représentants du Secrétariat d’État chargé du Développement Durable, de la commune de Mohammedia, des sociétés délégataires de la gestion des déchets, des membres de la société civile de la fondation Heinrich-Böll-Stiftung Rabat. La discussion s’est notamment portée sur l’implication du secteur informel de collecte, tri et valorisation dans la gestion des déchets au Maroc. Pour plusieurs membres d’associations, il faut sortir de la logique bipartite impliquant uniquement les communes et les sociétés délégataires, et intégrer les chiffonniers afin de créer de l’emploi vert. Le projet qui débutera en septembre 2019, ne doit pas écarter les chiffonniers mais au contraire les pousser à s’organiser en coopérative afin d’être partie prenante du processus. De son côté, la municipalité s’est montrée favorable aux recommandations de l’étude menée par les consultantes. Elle a toutefois expliqué qu’elle ne pourrait intégrer l’implication des chiffonniers dès la première année.