Projet 3M : Tri des déchets à la source

Dans le cadre des efforts déployés par les différentes parties prenantes pour améliorer la gestion des déchets ménagers et assimilés par les collectivités territoriales à travers le renforcement des filières de tri à la source et de valorisation, des décisions et des initiatives encourageantes ont été prises par les secteurs concernés et certaines préfectures et collectivités territoriales. En particulier, la décision prise par la préfecture et la collectivité locale de Mohammedia, d’adopter le tri à la source à partir du mois de septembre 2019.

La préfecture et la collectivité locale de Mohammedia, qui produit 238 tonnes de déchets par jour, ont organisé des journées de communication et de consultation afin de créer les conditions du succès de ce projet, en exploitant les expériences, les documents et les résultats des projets réalisés dans ce domaine, notamment ceux réalisés par l’Association des enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre au Maroc (AESVT Maroc) et ses partenaires. Parmi ceux-ci, le projet Coproduction de la propreté qui a été réalisé au niveau de nombreux quartiers dans 22 communes, le projet de l’étude et consultations ayant porté sur la loi 28-00 et le Programme National de gestion des Déchets Ménagers et assimilés et les cahiers de charge des villes de Casablanca, Fès et Tanger et le projet de renforcement de capacités sur le droit d’accès à l’information environnementale sur les déchets solides.

En soutien au projet de la commune de Mohammedia, l’association a récemment mobilisé quatre experts internationaux des États-Unis et de Turquie du 8 au 19 avril 2019 pour étudier les données de ce projet et s’entretenir avec les responsables du secteur de la gestion des déchets au Secrétariat d’État chargé du Développement Durable (SEDD), le Ministère de l’Intérieur, la Commune de Mohammedia et les cadres des sociétés de gestion déléguée ainsi que les représentants des organisations des chiffonniers.

Le travail de ces experts s’est soldé par l’organisation d’une rencontre de communication avec les différents acteurs nationaux et locaux à Mohammedia le 18 avril 2019 pour présenter les résultats de cette étude. Les principales recommandations concernant la communication, ont été enrichies par les membres et les cadres de l’association, le SEDD, la commune de Mohammedia, les sociétés de gestion déléguée, la Fondation Heinrich Böll et les diverses associations participantes, et sont résumées ci-dessous.

 

Phase de pré-lancement

Élargir la concertation sur les conditions du succès de cette initiative et les intégrer dans le contrat de gestion déléguée, qui concerne en particulier:

  • La mise en place de manière professionnelle et en collaboration avec des associations spécialisées dans le domaine d’un programme soutenu d’encadrement, de communication et de sensibilisation axé sur l’impact ;
  • L’abandon de la logique bipartite qui n’inclut que les collectivités locales et les sociétés de gestion déléguée des déchets et la recherche des meilleures solutions pour organiser les récupérateurs informels des déchets dans le cadre de coopératives et les intégrer dans le projet ;
  • Prendre des décisions locales pour accélérer le respect des exigences de ce projet et activer le rôle de la police administrative ;
  • Passer des contrats avec des associations spécialisées en matière de sensibilisation, d’éducation environnementale, de formation et d’encadrement afin d’accompagner la mise en œuvre du projet ;
  • Allouer des fonds financiers et en nature par le biais d’un système de financement croissant destiné à soutenir les actions des associations contractualisées et à mettre en œuvre une stratégie appropriée de communication, d’encadrement et d’accompagnement ;
  • Lancer une vaste campagne de communication sur les avantages sociaux, économiques et environnementaux du tri à la source et de la valorisation des déchets, pour inciter l’entrée volontaire des quartiers dans le projet en utilisant différents canaux de communication, notamment les réseaux sociaux ;
  • Signer des partenariats avec les entreprises, les hôtels, les restaurants, les administrations publiques et des écoles pour qu’ils s’engagent à mettre en place un processus de tri en amont conformément au principe de l’exemplarité de l’Etat prévu dans la stratégie nationale de développement durable et à la responsabilité partagée des producteurs ;
  • Incorporer les exigences et les mécanismes du tri à la source et de valorisation dans le contrat de la gestion déléguée selon le cahier de charge, en tenant compte des mesures suivantes :
  • L’instauration progressive du tri des déchets ménagers à la source à partir de septembre 2019, en commençant par 5 000 familles la première année, puis l’étendre à 20 000 familles la deuxième année et le généraliser progressivement à toutes les familles du territoire de la commune ;
  • Commencer par les quartiers qui remplissent les conditions optimales de réussite de la mise en œuvre du projet, d’abord les quartiers fermés et sécurisés puis les quartiers des villas avant de passer aux quartiers ouverts ;
  • Signer des accords avec les syndics et les associations de quartier dont les habitants sont disposés à participer au projet de tri des déchets

 

Phase d’implémentation du projet

  • Organiser des sessions de formation et des rencontres de communication avec les syndics et les associations de quartier afin de les impliquer dans les actions de sensibilisation des familles à l’importance du tri sélectif des déchets à la source et de la manière de les trier ;
  • Produire et diffuser des outils de communication et de sensibilisation appropriés (affiches, dépliants, vidéos, etc.) ;
  • Organiser des journées de communication dans les quartiers sélectionnés pour présenter le projet et convenir de la date du lancement du tri ;
  • Organiser des journées de nettoyage, d’embellissement et d’équipement des quartiers sélectionnés en bacs de tri des déchets;
  • Élaborer et mettre en œuvre des activités et des programmes intégrés dans des quartiers sélectionnés, qui concernent à la fois la sensibilisation et l’encadrement, le développement et la consolidation des valeurs de solidarité, de bon voisinage et d’écocitoyenneté ;
  • Mettre en place une communication directe (porte à porte et par téléphone) et via réseaux sociaux pour sensibiliser les citoyens et les inciter à participer volontairement au tri sélectif des déchets ;
  • Mettre en œuvre des programmes éducatifs dans les écoles pour apprendre aux élèves à réduire les déchets, les méthodes de réutilisation, de tri et de valorisation, afin que les enfants deviennent des ambassadeurs et des catalyseurs pour les familles ;
  • Organiser des journées thématiques sur les déchets pour identifier, évaluer et communiquer autour des initiatives réussies afin de les diffuser ;
  • Coopérer pleinement avec les organisations de la société civile et les sociétés de gestion déléguée concernant les actions de communication avec des résidents des différents quartiers;
  • Tenir des réunions d’évaluation et d’ajustement à toutes les étapes de mise en œuvre du projet afin de le généraliser avec succès à l’ensemble du territoire de la commune

 

AESVT Maroc :

L’association des Enseignants des Sciences de la Vie et de la Terre au Maroc (AESVT Maroc) est une association à but non lucratif. Créée en 1994, elle est constituée d’un réseau de 40 sections et gère un réseau de 18 centres d’éducation à l’environnement. L’AESVT Maroc vise à contribuer à l’édification d’une société moderne et solidaire conformément aux principes et aux valeurs du développement durable. C’est une association de développement et d’éducation, compétente et engagée (2000 bénévoles impliqués et 13 salariés permanents) qui mène des actions concrètes en faveur de l’environnement à travers 3 axes d’intervention

    • Education à la transition
    • Ecosystème et ressources naturelles
    • Territoire durable

 

Contact presse :

Juliette GADOT

Mail : communication@aesvtmaroc.org